mercredi 28 septembre 2016

BRAINFUEL 'Monsters make monsters'

Brainfuel 2014 - CD

                         Afficher l'image d'origine
Groupe montpelliérain que je ne connaissais que de nom, j'ai pu enfin voir ce que ça donnait musicalement et en bonus, sur scène. Et j'ai donc récupéré ce petit cd dans la foulée, parce que ça fait plaisir et ça aide le groupe. Quelques chiffres pour commencer: 1253, 785,496 et 12365485. Ce qui n'a aucun intérêt mais les suivant oui: 5 titres pour 19 minutes. Et là, de mauvaises langues pourraient dire " Mais ce groupe est vicieux! presque 4 minutes par titre! C'est Satan!" Et eux, on peut les mettre directement au fond d'une oubliette. Car dans les faits, ce n'est pas si simple comme arithmétique (oui, il se pourrait que des maths surnage dans leur musique... fli-ppant!).
Avec des durée allant de 2'31'' à 6'18'', il va s'en dire que les morceaux sont très hétérogènes temporellement (hop, migraine de mots). Classer la musique de Brainfuel, c'est comme vouloir caser à tous pris un cube dans un trou rond. Ce n'est pas gagné. Entre jump métal (oui, car les gens sautent sur place lors des concerts), relent hardcore, éléments death, slam death et touche grind, le combo offre du dense, du très dense. Certaines parties sont vraiment rapides, le coté death/grind transparaissant nettement à ces occasions, avec un chant très guttural. Mais voilà, le chant ne se cantonne pas qu'à ce registre et explore le hardcore voir le chant scandé. Intéressant, car n'hésitant pas non plus à aller dans un chant criard parfois.
Musicalement, la basse est très nette, martelant, faite pour te sodomiser les oreilles. Guitare et batterie ne sont pas en reste, les morceaux étant un bon exutoire pour le groupe. Ça bourrine mamie (qui aime ça) et parfois, le groupe emmène sa musique vers des extrêmes qu'il n'ose, semble-t-il, franchir. Et pourtant, lorsque le groupe se lâche, ça fait vraiment mal. Des ombres planent sur la musique, celle du grind et de la power-violence, mais sans oser exploser les limites. Qu'importe, car le groupe assume pleinement cette vision qu'ils ont et la transmette de mains de maîtres, la densité musicale offrant une alternative très efficace.
Les 5 titres ne laissent pas de temps mort, même quand le groupe se calme un peu, pour poser des passages plus mélodiques... pour mieux te niquer l'occiput par derrière! Bande de petits coquins! Ils sont jeunes, beaux, énervés et font du métal, classable, à défaut de style, dans la famille des courants extrêmes. Voilà ce que j'appelle aussi un disque qu'il est bien et que tu vas contacter le groupe et acheter son disque. Sinon, ils viendront te faire un concert à l'anniversaire de ta mamie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire