dimanche 31 janvier 2016

Instant pub'!!!! Inhuman Homicide Records

Hopla si tu cherche du bon gros Grind qui tâche, du gros HxC qui tabasse, du Brutal Death qui savate ta gueule, du Goregrind qui dégueule et tout ce genre de douces mélodies, bah tu sais ce qu'il te reste à faire: fonce sur http://inhumanhomicide.free.fr tu y trouvera une énorme distro à des prix défiant toute concurrence et un label vraiment mortel!!! Allez bisous

Maïeutiste Maïeutiste

Maïeutiste reviens après 8 ans d'absence, ils nous ont livrés une première demo en 2007 "Socratic Black Metal" , puis plus rien...Les voici donc de retour ( en 2015 ) avec une premier album éponyme ( répondant donc au nom de "Maïeutiste" ) sorti chez "Les Acteurs de l'Ombre Productions". Le groupe présente leurs art comme du "Socratic Black Metal" ou comme du "Black/Doom Metal", et en effet le Black Metal est bien là, le Doom aussi, à la fois très sombre, très lourd ( on est encore loin des Ataraxie etc avec lesquels
d'ailleurs ils ont participés à la compilation  "Schatten Aus Der" ), et nous livre donc un premier essaie ( ou presque ne zappons pas la demo bien plus courte : 3 titres pour à peine 18 minutes, mais la longueur des pistes posant déjà les bases à l'époque ) assez long mais pas chiant pour un poil : 11 titres pour prêt de 77 minutes!! Bref si tu aimes le Black Metal avec des accents Doom, avec une ambiance bien bien sombre avec un ti côté Ne Obliviscaris, Cormorant, Enslaved, Opeth... bah ce disque est fait pour toi!!!Les riffs tuent, la batterie est hyper carré, le chant diabolique à souhait, une ambiance des plus sombres et hyper prenantes.
 Ne t'attend pas à du War Ne t'attend pas à du War Black Metal ou des trucs du genre, tu serais très fortement déçu. Et encore une fois si tu es comme moi hyper curieux/se je te conseil de te pencher sur les divers projets ( encore actifs ou non ) des musiciens qui sont Winds of Torment, High for a Dive, Barús, Wolflust, Project Jim, Barús, et  Caïnan Dawn, tu fera très certainement de belles découvertes!!! 2015  ne fut pas si dégueulasse que ça en fin de compte!!!


Urgl " Anthroponecrologie"

wouuuuu pinaise alors là comment faire pour parler d'un tel projet!!?? Urgl ou l'un des one man band le plus barge du monde? Urgl ou  le one man band que l'on adore ou que l'on déteste?? Pour ma part je fais parti des premiers car j'aime énormément la folie de ce projet d'un grand malade qui n'est qu'autre que le bassiste de Serpillere, mais qui a des tas d'autres projets présent ou passés tel que NIRVANASS, KYST,  BORDEL SONORE, Grind Militia 50,DEGENERATION CHRONIQUE, NIDNOGAR , REEK HUNTER,TARTINE ECRASEE,  Caca Boudin etc etc etc... bref l'un des membres hyper actif du "Triangle Infernal". Bref comment décrire ce qu'est Urgl? Une sorte de Crazy Cybergrind comme le dis l'excellent label Inhuman Homicide Records qui a d'ailleurs sorti cette prod ( achtung!!! limitée à 60 et si comme moi tu adore Urgl, bah tu risque de passer à côté si tu te magne pas le cul!!! ) ou encore une "Cybergrind experiences"comme le qualifie Groubeurk lui même??!! bref une galette à ne pas mettre entre toutes les mains, riffs limite Black Metal à la Vondur, B.A.R à donf et parfois mid tempo, des grosses parties Cyber rappelant parfois des grands noms comme S.M.E.S ou Nunwhore Commando 666 et autres groupes de barges du genre, chant complètement fou tantôt Grind, tantôt Black Metal, des cris à faire frémir n'importe quel adepte de projet ouf... bref plutôt que de tenter de décrire ce qu'est ce fameux Urgl, je te conseil très vivement de te jeter sur ton ordinateur ( merde tu y est déjà si tu lis ces  lignes ) ou plutôt d'aller directement cliquer sur ce lien http://inhumanhomicide.free.fr et de t'acheter cette putain de grosse tuerie!!!! au passage profite en pour faire un tour sur tout le site car le label présente énormément  d'autres excellents albums en distro tout comme en prod!!! 


Androphagous / Toxic revolution 'VS'

2008 FDA Rekotz - CD

                                  

Ho, que voici un bien beau disque de jeunes qui aiment faire la fête comme Hervé et moi l'aimons, du moins dans le concept. Ou comme Flo de DoC l'aime aussi, avec l'index qui s'agite à fond!
Donc on affaire à un split qu'il est beau, qu'il est bien, qu'il est fait avec deux groupes. Le premier, Androphagous, est un groupe allemand odorant (ben oui, ils sont de Münster...) qui pratique une musique comme je l'aime: un grindcore rapide et efficace, qui sent l'urgence et la colère. Le combo lâche sa fureur sur leurs 13 titres, globalement courts, mais qui ont des choses à dire, avec un chant très agressif. Le trio assure comme une bête (enfin, plus une harde du coup, vu que c'est globalement énervé et à fond...), avec une production qui fait plaisir à entendre, au son très bon.
Le second groupe, Toxic revolution, je ne sais pas d'où il vient. Impossible de trouver une bio ou autre. Bref, comme disait Pépin. En 19 titres, le groupe lance sa hargne, à travers d'un grindcrust globalement rapide (mais moins que chez Androphagous) avec des passages plus lents, où, ô joie, on entend... la basse, qui est mise en avant (si si, ça existe!!)! Eux aussi sont énervés (sans doute une histoire de constipation, je ne vois pas d'autres explications) mais... mais ça le fait moins, déjà à cause d'un son plus brouillon, on va dire. Le son est moins clair que chez leur collègues allemands et les parties lentes qui ponctuent parfois l'ensemble sont un peu désarçonnantes. Mais bon, ça reste quand même écoutable.
Ce qui nous ddonne un split correct, qui fait, vu l'année, retour vers le futur (antérieur).

The Green Inferno (Eli Roth)

Wild Side 2014 - DVD

Réalisé en 2013 pour une sortie en 2014, il a fallut attendre plus de la moitié de 2015 pour voir ce film, d'abord en e-cinéma, puis en fin d'année, en DVD. La censure a frappé.

Ce film d'Eli Roth est un fan-film, le gars étant un fan de Rugero Deodato mais surtout des films cannibales des années 70, surtout italiens et notamment Cannibal holocaust.
Le film est donc un remake qui reprend la trame de celui cité juste au-dessus, Qui a été adapté à notre époque. Pour faire simple, un groupe d'activistes new-yorkais va en Amazonie, dans les tréfonds de la jungle, afin de médiatisé leur lutte contre une multinationale qui menace de détruire une tribu indienne qui n'a rien demandé. Au cours du métrage, on en apprend un peu plus sur les motivations réels de certains (médiatisation et reconnaissance par les réseaux sociaux, l'argent...), la tribu n'étant qu'un pâle prétexte, aidé par la fille d'une des têtes de l'ONU (à son insu, elle le découvre à ses dépends). Jusque là, le film est assez sage. Il tourne à 90° à partir du crash de l'avion et la rencontre mordante avec la tribu que le groupe 'défendait'...
A partir de là, on est de plein pieds dans les films de cannibales des riantes années 70 (Cannibal ferox, Amazonia, l'esclave blonde...) sauf que la rigolade est terminée, bien qu'une séquence du crash de l'avion est clairement le tournant... Après ce n'est que survie...
Le film est une critique des rapports actuels par rapport à la technologie et la recherche de gloire par médiatisation, le coté superficiel de beaucoup de 'causes'. Mis en exergue face à la barbarie rituelle d'une tribu dite primitive, qui profite de l'aubaine pour diversifier son alimentation et aussi respecter une croyance qui lui est propre, les activistes dévoilent le plus sombre et intime de leur caractère, loin du coté 'Ho, nous devons aider ces pauvres gens!'.
Alors, oui,le film est gore: ça découpe, ça craque, ça saigne, ça démembre. Mais pas non plus à outrance, évitant le piège du trop qui noie le film. C'est un film très différent des films d'horreurs actuels, ce qui, du coup, à ceux qui aiment les films gore creux (saw et compagnies), les font passer à coté d'un excellent film, obnubilés qu'ils sont par le nivelage par le bas du cinéma de genre dont ils se gavent et trouvent bien. Pour une fois qu'un film sort du lot, je ne pouvais pas le laisser passer. Bon, maintenant, j'attend de pieds fermes Gremlins 3...

Battle Warrior ( avec Tony Jaa, de Prapon Petchinn, 1996, Thaïlande )

Parce qu'on aime aussi le "bon" cinéma, voici ma première chronique de film.
Un groupe de mercenaires impitoyables règnent sans partage sur la jungle de l'empire de Siam. En quête d'une relique sacrée, un explorateur
 s'aventure sur leur territoire et se fait rapidement capturer. Alertées, les autorités décident d'envoyer une équipe de combattants rompus aux arts martiaux !
Voilà le synopsis du film. Il s'agit du premier film de Tony Jaa et donc d'un excellent film de baston come from Thailande et réalisé par  Prapon Petchinn en
1996. Scène de bastons à la Bruce Lee, ce film est l'avant Ong Bak, L'Honneur Du Dragon, Chocolate et autre Raging Phoenix. Bref, ce film est réservé
aux véritables amateurs de films d'actions " à l'ancienne", d'aventures , de bonnes grosses bastons et de dialogues euh...comment dire....fait toi plaisir et
passe un bon moment en compagnie du grand champion de boxe Thaï: Tony Jaa. PS: un immense merci à mon meilleur pote aka Yoarghh pour ce putain de bon film!!!

Magrudergrind ‎"Crusher"

wouuuuu pinaise du grindcore/power violence avec un ti côté HxC from Washington D.C.!!!! bon bah en toute logique si tu nous connais tu 
sais qu'ici on aime quand ça fait mal et quand ça tabasse, alors tu ne seras pas surpris(e) de voir ces Américains ici présent. Crusher, un excellent
EP sortie en 2010, composé de 6 titres qui ne dérogent pas à la règle que ce sont imposés nos grindeux: allez vite et faire mal, très mal!!!
bref si tu aime le véritable grindcore, le power violence avec des riffs HxC et que les légers relents sludge ( sur le titre Cognition ) ne te dérange
pas, bah ce putain de EP est fait pour toi!!!Et rassure toi 99% du cd est composé de bonne musique comme la totalité de leurs discographie qui 
fait bobo quand tu te jette tel un dément dans la fosse!! Fonce tête baissé contre le mur de ton disquaire préféré et hurle lui dans les oreilles à
 quel point tu veux cette galette et que tant que tu l'auras pas tu viendras tout défoncer chez lui à grand coup de gueularde et de baston en mode 
grindeux vénère!!!! 


Anatomical Plastination Removal the Dead Flesh

voici le 1er EP de Anatomical Plastination, encore un projet d'un Mexicain bien connu car officiant (ou ayant) également officié dans de très nombreux autre groupes tel que Meningococcemia Fecal, Septic Autopsy, Latexxx Command, Gangrena Febrosa, Dissectionphiliac, Progressing to Putrefaction. Shitter Sick s'occupe ici de tout (batterie, basse, guitare et chant ) et Anatomical Plastination est donc un one man band come from Mexico ( aaaaah  cette fameuse scène Mexicaine que j'affectionne tant!!!! me demande pas pourquoi, c'est juste les mecs les plus tarés du monde niveau Metal toute catégorie!!!! ) qui joue du Pathological goregrind vachement bien!!A classer vers les copains de Carcass et autre Dead Infection, bref une galette qui fait du bien par où ça passe!!! Sortie sur l'excellent label Inhuman Homicide Records (http://inhumanhomicide.free.fr ) en Juin 2015, ce skeud est composé de 5 titres pour un peu moins de 9 minutes, bah oui c'est pas du Doom ou du Black Metal Depressif anti festif, mais bel et bien de la musique pour amateur de sang, de tripes et de boyaux!!! Les titres parlent d'eux même Medical Malfunctions, Analisis Decomposition for Criminal Causes et autre Reeking Blood on the Surgical Table, le débat est clos, le monsieur a décidé de tout étaler sur la table d'opération!!! Bref encore une excellente prod pour un non moins excellent label qui sont donc à suivre de très prêt!!!! Allez zou bon apétit!!


Hope Drone Cloak Of Ash


Hope Drone Cloak Of Ash


Parfois, certaines recherches et découvertes tardives peuvent nous mener vers de véritables petites perles... L'éclectisme qui me caractérise force même parfois à m'emmener vers des territoires inconnus et c'est cela qui chaque jours m'aident à garder les yeux ouverts et l'envie de continuer à respirer...voilà ce que m'inspire cet album... Hope Drone, quator en provenance de Brisbane en Australie nous livre ici un albumd'Atmospheric Post-Black Metal et je pense que la description est juste parfaite. J'aurais même ajouté melancolic ambiant tant je me suis senti pris à la gorge dès le premier morceau qui arrive à t'attraper et ne plus te relâcher durant les 20 minutes que culmine ce titre. 7 titres, de 6 minutes à 20 minutes et pas une seconde d'ennui pour un disque de plus de 75 minutes. Sorti chez Relapse fin juillet 2015, ce disque s'était bien caché et me redonne un goût fort différent ce cette année si dégueulasse pour laisser entrevoir un halo de lumière noire et je me suis laissé happer durant la totalité de cet album qui est juste hyper intéressant aussi bien d'un point de vue musicale que psychologique car si comme moi tu es un rêveur, tu te laissera transporter dans un monde où se confondent lumière et ténèbres  autarcie complète et hallucinations bullaires à travers lesquels tes pires cauchemars et tes espoirs rêvés ne feront plus qu'un...au bout du chemin tu auras je l'espère comme moi ouvert les yeux sur un torrent de sentiments catastrophiques et hallucinés sur ton toi intérieur et tes parts d'ombres... un album très fortement recommandés si encore une fois tu te sens prêt et volontaire pour une découverte vraiment passionnante qui t’emmènera loin..très loin... Je recherche dès à présent leur premier single ainsi que leur EP sorti respectivement en 2012 et 2013 et cette galette arrive directement dans mon top 10 des sorties de l'immonde 2015.Pour info, dans Hope Drone tu as des musiciens de The Fevered, un groupe de Death Metal ayant sorti un EP et un album, et ex Western Decay, un groupe de Melodic Death/Thrash Metal ayant sorti une demo et un split, mais également de Vassals, un groupe de Sludge/Doom/Post-Metal qui a sorti un EP en 2014, et là si il ne s'agit pas d'éclectisme, je me demande réellement de quoi on parle...


samedi 30 janvier 2016

Déchirés de Peter Stenson

Afficher l'image d'origine


Pocket - Septembre 2015


Ce livre est un cadeau de Noël. J'en remercie d'ailleurs encore Vincent. Car on a là un très bon roman, le premier du monsieur publié, si je ne m'abuse.
L'histoire ressemble à un road trip survival de junkie dans une apocalypse zombie. Chase Daniels, le héros de l'histoire (plutôt l'anti-héros) se réveille chez son meilleur ami, Sténo. Et découvre en regardant par la fenêtre un spectacle étrange: une gamine attaque un rottweiler et le bouffe. Ha oui, Chase et Sténo sont deux junkies, accro à la méthamphétamine. Et du coup, la suite des événements qui devient assez folle, reste pour eux un trip car ils sont alors totalement défoncés. Et du coup, l'histoire du livre prend un virage où les choix faits le sont sous l'emprise de la méth. d'où des choix parfois hallucinants (hallucinés?), débiles mais aussi parfois assez pragmatiques. Mais ce roman brosse aussi un portrait des relations dans un monde de chaos où les seuls survivants s'avèrent être les junkies et que pour survivre, il faut être défoncé. Au risque de mourir précocement ou de devoir choisir ce qui n'est pas possible de choisir en temps normal. Mais aussi le rapport à la mort, la tristesse, l'amour vu et vécu par des junkies... Avec le souci perpétuel des zombies.
Le livre fait voyager les deux amis et rencontrer d'autres individus aussi accros qu'eux, mais avec des optiques différentes ou des ambitions survivalistes clairement expéditives. Ce qui mène à des situations ubuesques (le routier, le dealer cuisinier de méth...) et mène l'histoire vers des directions désepérées mais jouissive. A ce portrait assez sombre, même pessimiste, un humour sous-jaccent rend le récit assez décalé, avec un recul parfois surprenant, toujours du point de vue de Chase. Un excellent roman que je vous conseille.

Disciplinary Meat Tenderizer 'Insane-O-Rama: pure pus gore - Gore superstar'

2009 Putrid Attitude Records - CD






                                   
Que voilà un bien bon exemple de bizarrerie musicale pour beaucoup voir même de 'Qu'est-ce que c'est que cette merde!?' Voici donc un skeud de cybergore minimaliste, au tempo assez lent. Qui est en contraste direct avec la chronique de Carnivorous Vagina. Ici, les 32 titres vomitifs de la galette font la part belle à un gore fort lent parfois, jamais rapide, qui semble parfois fort peu inspiré. Normal, on peut lire 'minimalistic' dans l'intitulé de leur style musical. Ce disque de plastique regroupe les titres des productions des sortie que sont Pure pus gore et Gore superstar.
Il faut bien l'avouer, le disque est quand même peut inspiré par rapport à d'autres dans le même registre. Mais tout n'est pas à jeter. Il y a même de l'humour ici et là, comme le prouve le titre 'I dismenber on first dates', qui colle un sourire, avec le sample et la musique mixé. Ou le déjanté 'Kriechender schleim' (à tes souhaits), qui est aussi le titre le plus long, limite progressif (plus de 4 minutes!!!).
Au-delà du 15è titre (donc dès le 16è, pour ceux qui ne suivent pas...) le son est un poil (je ne sais pas trop d'où) mieux, plus profond et gagne un peu en clarté. Mais bon, le souci reste le peu d'inspiration et l'apparition parfois d'une certaine redondance dans le propos (hahahaha, avouez que c'est balèze avec des vocaux pire que chez Tumour!). mais le gars ne manque pas d'humour dans l'approche de certains titres, par la structure et le nom du titre. Ce qui est assez agaçant, c'est que l'on attend globalement un emballement soudain et un déverssement de gore rapide qui ne vient, hélas, jamais... Pas un disque à écouter sans arrêt, mais divertissant ponctuellement.

Carnivorous Vagina 'Strage cannibale'

2008 Redrum Records - CD

                                 Carnivorous Vagina - Strage cannibale

Voici un duo transalpin tout ce qu'il y a de plus recommandable, plein de joie, de bon goût et de gentillesse, pas énervés pour un sou (je vous laisse le plaisir de la conversion en euros).
Dès que le cd est introduit dans ton mange-disque lecteurs cassette magnétoscope lecteur CD, un premier constat apparaît qui te pose un choix: si tu es fan de Mortician, alors tu vas adorer, kiffer, défaillir de bonheur, tacher ton pantalon (ou jupe, culotte, caleçon... je ne sais pas comment vous vous habillez...). Si au contraire, tu abhorres le groupe, ha. Ben passe de suite à la chronique suivante... Et merci d'être passé faire un coucou à celle-ci.
Et oui, dès les premières notes, on a clairement une sorte de tribute band à Mortician (son, construction des morceaux, chant...) mais avec leurs titres propres. Et donc, ça débouche sur une chronique très subjective qui dit que c'est bon. Achète le skeud.

ACHETE!

                                                                                              Quel beau CD!

                                                 AcHèTe!


      Achète!


                                                                                  achète!

      CD recommandé par l'académie française!!

                               Achète!


Bon, je vais un peu étayer. C'est mieux.
Outre le coté Mortician, qui est un bel hommage au groupe, on a droit à un concept proche des films italiens gores typés cannibalisme des années 70 (pour plus de détails, rapprochez vous de Vidéotopsie et David Didelot sur Facebook, il s'y connait un max sur ce domaine cinématographique) du genre Cannibal holocaust, Cannibal Ferox, le dernier monde cannibale...
En 23 titres, le groupe nous emmène découvrir les joies dégueulasses du cannibalisme tribale familiale, au travers d'un brutal death gore, dans la lignée de Mortician, à savoir pas nécessairement toujours rapide mais toujours dans l'optique du gore dégoulinant et du malsain qu'il est bien. Ce qui n'empêche nullement la programmation de la boite à rythme sur AK-47 de manière régulière. Tout ça, additionné aux samples de films que certains reconnaîtront sûrement, livre un album malgré tout varié et pas désagréable du tout. Le duo va jusqu'à fusionner parfois samples et musique, offrant une autre dimension à l'horreur qu'il déclame. Pas mal du tout! Tout ça est bien festif et si vous souhaiter faire une soirée horreur cannibalisme, entre chaque film, glissez des titres du duo. Effets garantis!

Judas Iscariot 'To embrace the corpses bleeding'

2001 Red Stream - CD
                                         Judas Iscariot - To Embrace the Corpses Bleeding
Et hop, voici un CD qui nous vient tout droit du passé, d'un one-man band énervé faisant partie intégrante de la première déferlante black métal. Donc culte et légendaire (obligé que ce nom vous dise quelque chose).
Dernier album en date du monsieur, ce 'To embrace the corpses bleeding' est très clairement du black métal et pas de celui genre mélo black ou sympho black. Là, on cause de black rapide, assez martial parfois et très remonté. Ce skeud traînait dans le magasin et à mon troisième voyage dans le magasin, je me suis dit qu'il fallait le prendre.
L'album fait assez concis (38 minutes et 9 titres) et, comme je l'ai écrit plus haut, s'avère d'être de la catégorie black rapide et sans fioriture. Point de trucs de fiottes ici, non. Ici c'est du Black Métal, tout ce qu'il y a de plus caractéristique.
Même si il y a des passages un poil plus mélodique, ils n'en restent pas moins malsains, histoire de distiller un malaise ou une gêne. C'est sombre, efficace et même si on entend parfois des claviers, ces derniers servent à mettre un plus à l'ambiance froide parfois macabre des passages plus lents.
Deux titres assez épiques ont d'ailleurs ces caractéristiques (Damned below Judas et Midnight frost), les autres étant plus courts voir très courts, concentrant la violence et la haine sur des titres parfois de moins de 3 minutes, diablement (hahahaha!!!) efficaces.
Les paroles fleurent bon les thèmes joyeux comme le nihilisme, l'anti-christianisme et quelques autres touches plaisantes comme l'anti-capitalisme, histoire de bien situer la chose. Ce qui explique surement l'ambiance agressive de la chose. Et donc un Cd qui rentre de plein pied dans ma collection, sans le moindre regret!

mercredi 13 janvier 2016

Decapitated Christ 'Arcane impurity ceremonies'

Decapitated Christ 'Arcane impurity ceremonies'


FDA Rekotz 2014 - CD 9 titres
La pochette du skeud m'a attiré l’œil dans son raque de CDs comme une Pin-up attire un puceau en manque. Il faut dire qu'elle est bien attrayante, suintant le morbide et le death à plein nez, avec un simple noir et blanc classe, faut bien l'avouez.
Alors, ce groupe totalement inconnu pour moi jusqu'à maintenant nous vient de la riante ville de Barcelone, en Espagne (si certains avaient un doute...) et évolue donc dans un death anti-religieux très festif.
Concrètement, le groupe nous piège d'entrée de jeu dès le premier titre, délicatement nommé 'And the carnage begins' qui délivre un death très efficace et assez rapide, à l'atmosphère assez macabre, aidé en cela d'une voix death très particulière et assez résonnante, donnant un ensemble très sombre, genre ogre avec une trachéite. Le groupe est assez énervé (bon, franchement énervé) et ne fait pas de compromis. Ça va assez vite, sans la moindre envie de rire. Ici, les intros qui ouvrent certains titres ne sont là que pour poser un malaise supplémentaire dans le seul but de te buter la tête avec un camion bélier. Le groupe ne renie pourtant pas non plus la délicatesse par le biais d'un sens de la mélodie, qui de temps à autre, vient aérer l'ensemble assez massif, aidé par une production qui fait plaisir à entendre. Les presque 40 minute de l'album passent comme une lettre à la poste, prenant bien soin de te labourer le cortex et te donner l'envie de te jeter sur les murs. Les rythmes y sont pour beaucoup, n'étant pas linéaires et arrivant parfois des moments plus martiaux ou appuyés, renforçant l'aspect brutal de la bête. Un album qui rejoint direct ma discothèque.


dimanche 10 janvier 2016

Margoth alive!

Suite au conseil d'un contact, c'est sur cette plateforme que sera fait le blog de Margoth PDF. Plus de choix et de possibilités!Et la bascule sera visible au fur et à mesure sur la page FB. Elle est pas belle la vie? Donc, tu verras sur la page facebook MargothPDF ce qui se passe ici! Vive la technologie!

https://www.facebook.com/MargothPdf