dimanche 10 septembre 2017

WOLF REPORT LIVE : My Secret Safe + Right To The Void + Théia




Une ôde au Métal..


Mon absence s'est faite longue, je le reconnais. Puis les enfers sont venus me chercher mercredi 6 septembre avec un putain d'incendie, mais je suis toujours là et je suis sorti de ce qu'il reste de ma tanière pour m'aérer et vous faire ce petit live report sur un concert qui a eu lieu à la maison-mère de Montpellier : le Black Sheep. Le combo ? C'était Metalcore et Death Mélo avec My Secret Safe, Right To The Void (RTTV et vous excuserez ma flemmardise dans cet article) et Théia, inconnu de mes radars lupiens avant, connu depuis ce soir-là. Autant vous dire que j'avais déjà vu RTTV en live avant mais les deux autres groupes, jamais. Ben je peux vous assurer que j'ai pris une claque monumentale à ce concert, mais vraiment.

C'est donc Théia qui ouvre le bal. L'intro nous laisse dans une ambiance mélancolique et méchante comme si la nature avait décidé de faire venir l'hiver en avance, puis ça commence. Je vous préviens d'avance, je ne prends que les morceaux qui m'ont le plus marqué et avec Théia, ce fut Alter Ego, Vertige et Les Violons Ivres qui m'ont fait bien planer. On a l'impression de lire du Beaudelaire après un shoot d'héroïne, tellement la mélancolie et la ténacité des riffs se font entendre, la batterie martèle comme si elle écrasait des asphodèles dans une prairie, la basse groove comme si des bulles de cyanure éclataient au visage du public. J'aime beaucoup cette ambiance sombre, triste et violente, c'est du métalcore progressif, méchant, et bien dosé. Concernant le chanteur, il assure : son chant est déterminé à nous conter ses vers et rimes dans une dépression et une colère sans nom. J'adhère et applaudit bien fort à la fin de leur set. Bravo les gars, vous avez su me faire planer !

Les choses sérieuses arrivent avec les papas du death mélo gardois, mais ce que j'ai en face de moi, c'est un parrain de la brutalité, un mastodonte sans pitié ni compassion, deux mots pour les faibles. Guillaume et sa bande nous envoie un boulet de canon dans la gueule nommé "Through The Graves" : les riffs des guitares sont aiguisés comme des haches de guerre et ne font pas dans la dentelle, donnant le ton aux nombreux mosh pits et pogos dans la fosse. Sur "The One...", on peut imaginer le bassiste et le batteur sur un tank russe, tant la puissance des grooves et des blast sont écrasants, donnant du peps au chanteur. J'ai devant moi un nouveau RTTV : du vrai death mélo qui a évolué et qui a su faire comprendre le sens de ce mot qui est "Impartial", impartial dans sa composition musicale, dans son rythme, dans sa frénésie, dans son état d'esprit, c'est ça le nouveau RTTV et c'est un monstre qui a un avenir bien plus grand que ce que l'on peut imaginer pour moi. Je prends une dernière dérouillée avec "This Is Our Time" où le groupe demande une dernière fois au public de foutre le bordel et c'est ce qui se passe : un circle pit se forme alors, tel un maelström et engloutit tout le monde dans un vortex de violence et de chaos, mais c'est jouissif. Belle prestation, belle musique, un son neuf, RTTV est bel et bien de retour.

Les favoris, les chouchous de la soirée font enfin leur entrée sur scène : My Secret Safe ! C'est une première pour moi et je suis pas du tout déçu : Ben, le chanteur, est un véritable maître de cérémonie, je n'ai jamais vu un mec aussi proche du public, aussi dynamique, aussi énergique, il est la voix du groupe. "Lost Paradise" est un diamant en live, Thomas tricote ses riffs comme un s'il venait de prendre un rail de poudre noire, tant il sait s'y prendre avec, rien ne l'arrête ! Sur "Storytelling", ce putain de bon groover de Roch montre qu'un bassiste ne fait pas que branler son manche dans un groupe : il est l'essence même de ce bolide qu'est MSS, bien entendu il le fait escorté d'un compagnon de choix : Dav. Ce dernier n'est pas au commande d'une simple batterie, c'est une artillerie lourde qui fait trembler la terre, notamment sur "Can't Go Back", tous ses blasts qu'il enchaîne sont des obus de gros calibre et il ne fait pas de quartiers, n'épargne personne. Puis vient la fin, mais pas n'importe quelle fin, celle d'une soirée mémorable avec du beau monde et des protagonistes excellents, et MSS boucle le cours de tuerie avec ce morceau légendaire : "Revocation". Dès qu'il est joué, le groupe devient un centrale électrique survoltée à lui seul et c'est une ambiance conviviale qui se fait dans l'apocalypse la plus totale !

Je repars de ce concert avec des étoiles dans les yeux, ces 3 groupes m'ont fait passer une soirée purement magique et le public en est très fier aussi, je ne sais pas quoi dire pour boucler ce live report alors je remercie ces 3 groupes qui ont su faire de cette soirée une ôde au Métal, car tout le monde a sa place sur scène et dans l'histoire.

Voilà, à bientôt !

T H O R W A L D